DEBRAYAGE

Posté le par

 

 

DÉBRAYAGE sera pendant le Festival d’Avignon

au Théâtre de l’Entrepôt,

cet été du 7 au 30 juillet à 15h25, .

VENEZ NOUS VOIR !!!

Vous pouvez aussi nous soutenir pour cette occasion en participant à notre collecte

kisskissbankbank CLIQUEZ ICI

 

La Compagnie de l’Astrolabe

présente

DEBRAYAGE de Rémi De Vos

 

Rémi De Vos à propos de Débrayage

Il n’y a pas à proprement parler d’œuvres ayant « nourri » l’écriture de Débrayage. Je suis un autodidacte complet et j’ai appris à écrire en écrivant cette pièce, ma première, à trente ans passés. Elle est le reflet de ce que je vivais à l’époque.

J’ai écrit sur un univers que je connaissais bien, mais je ne peux pas affirmer qu’une œuvre littéraire, un essai économique ou encore un ouvrage traitant de sociologie aient accompagné l’écriture de Débrayage.
Par exemple, on a beaucoup parlé ces dernières années de « harcèlement moral » dans les entreprises, un certain nombre de livres à succès ont été écrit sur la question, mais en 1995, l’année de l’écriture de la pièce, le terme n’existait pas. Le phénomène existait déjà, mais il n’était pas encore traité. Je suis par ailleurs totalement incapable de comprendre un ouvrage traitant d’économie…
En écrivant Débrayage, il m’est arrivé de tomber sur un article de journal qui retienne mon attention. Par exemple, j’avais lu qu’un parc d’attraction s’était ouvert en Lorraine, région de sidérurgie totalement sinistrée par le chômage et que des ouvriers avaient retrouvé du travail en endossant des costumes de Schtroumpfs ! J’ai immédiatement écrit une séquence là-dessus. Mais c’est à peu près tout…

Je lisais beaucoup Beckett, Kafka, Pessoa…J’avais retenu de Beckett que « rien n’est plus drôle que le malheur et chez Kafka l’aspect indéniablement comique d’un homme se débattant dans les méandres d’une administration toute et inhumaine. « Le livre de l’Intranquilité »  de Pessoa me touchait énormément puisqu’il parlait d’un employé de bureau cherchant à fuir la médiocrité de sa vie dans l’écriture, la vie intérieure, la pure contemplation des êtres et des choses.
J’avais une vie très proche de celle-là…

L’équipe de Débrayage.

Texte :
Débrayage de Rémi De Vos

Mise en scène : Nicolas Pichot

Scénographie et décor: Pierre Heydorff

Comédiens :   Marc Pastor, Evelyne Torroglosa
Tony Bruneau, Natacha Räber

Travail chorégraphique : Leonardo Montecchia

Création musicale : Tony Bruneau

Création lumière : Natacha Räber

Création des Costumes : Pascaline Duron

Photos : Marc Ginot

Administration/production : Edwige Ripamonti

 

Cette pièce a la particularité de nous renvoyer à nos propres expériences, à celles de nos connaissances ou de nos familles.
Nous avons tous des proches touchés par les nouvelles souffrances liées au travail : stress au travail, intensification des cadences, harcèlement moral, peur de la sanction, peur du licenciement, chômage…

C’est une pièce composée de plusieurs tableaux indépendants. Elle parle d’hommes et de femmes sous pression, prêts à exploser…des dommages collatéraux du travail sur la vie de ces gens.

Elle y traite d’une part de l’exclusion du monde du travail et de ses conséquences et d’autre part, de la perte des valeurs d’humanité dans une société normalisée par des codes et un langage qui sont ceux de la rentabilité économique.

mg1_0793

 

Production: Compagnie de l’Astrolabe.
Co-production: Théâtre Jean Vilar – Montpellier (34), Ville de Mauguio-Carnon (34).
Avec le soutien de : La ville de Montpellier, La Région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées, Le Conseil Départemental de l’Hérault, le Sillon, scène conventionnée pour le théâtre dans l’espace public à Clermont-l’Hérault et dans le Clermontais.
En résidence au : Théâtre dans les Vignes – Couffoulens (11), Théâtre Bassaget –  Mauguio, Théâtre Jean Vilar – Montpellier.

 

Crédits Photos : Marc Ginot